Création le 12 octobre 2017
au Quartz – Scène Nationale de Brest

 

 

LE PROPOS

1917 est une année charnière dans la guerre de 1914-1918, notamment grâce à l’entrée en guerre des Etats-Unis. Pour s’en souvenir et raviver cette mémoire, la cinémathèque de Bretagne restaure de nouvelles images d’origine américaine montrant le débarquement à Brest, et la vie autour de Brest des soldats américains arrivés en 1917 et 1918.

Ces images magnifiques et émouvantes, qui nous plongent dans une nuance particulière de la guerre de 1914, ont aussi un formidable pouvoir d’émotion pour celui qui regarde ces images actuellement.

Les montrer au grand public est indispensable et pour cela le duo Christofer Bjurström / Vincent Raude, issu de l’Ensemble Nautilis, crée une œuvre musicale destinée à accompagner le film. Par le biais de la confrontation piano / électronique, les deux musiciens édifient un pont entre passé et présent pour proposer un voyage en arrière sensible et émouvant.

 

LES IMAGES

Dans ce montage, autant de témoignages, à la fois des « grands » événements, et de la vie de tous les jours des soldats américains.

Des images maritimes : le cuirassé américain USS Pennsylvania, le paquebot USS Georges Washington, la visite du Président Wilson.

Des images de la base américaine d’hydravions, installée à la sortie de l’Aber Wrach.

Des images de la vie de tous les jours : des soldats américains dans les rues de Brest, la construction de hangars. Les soldats noirs refaisant la route, quelques-uns dansant pendant la pause….

Les soldats loin de chez eux. L’enterrement d’un soldat américain. Une immersion dans le quotidien, dans le passé, d’une grande force émotionnelle.

 

LA MUSIQUE

Scruter la mémoire, voyager dans le temps, effleurer, dévoiler les traces sonores et visuelles, voilà le propos de la musique. Pour nous qui n’avons pas vécu cette période, il s’agit à la fois d’un voyage imaginaire, (fondé sur l’empathie et la solidarité humaine, même avec ce décalage du temps), et réel, car basé sur des images authentiques. Mais notre regard est distant, et il s’agit bien pour nous d’assumer cette distance en appréhendant ces images avec notre sensibilité d’aujourd’hui.

C’est pourquoi ce choix d’instrumentation (piano et électronique) nous paraît juste : jouer sur la mélodie, les sons, le son concret et « historique », le son abstrait et « émotionnel », l’écho des sons, la spatialisation, le va et vient entre ces deux instruments orchestraux. Utiliser les traces, les vestiges, les citations de mélodies oubliées.

Il s’agit aussi d’explorer le lien d’une part avec l’histoire tout court, d’autre part avec l’histoire de la musique (l’arrivée du jazz, et le lien entre cette musique et le développement de l’industrie du disque). En effet, par un curieux hasard, 1917, date de l’entrée en guerre des Etats-Unis, et donc de l’envoi de troupes en France, est aussi la date de l’enregistrement du premier disque de jazz (par des musiciens blancs…..).

Ce croisement est dans la logique de ce travail sur les traces ; traces sonores, traces visuelles, archives ouvertes, création sonore et musicales.

 

 

LES MUSICIENS : UN UNIVERS SONORE

Vincent Raude et Christofer Bjurström travaillent ensemble depuis 2011 au sein de l’ensemble Nautilis, ainsi que dans le cadre de ciné-concerts. Très vite, l’envie d’explorer ensemble les possibilités du dialogue entre piano et électronique s’est imposée. Comme une multitude de voyages possibles dans des univers différents…

Confronter l’instrument de la tradition musicale européenne (qui a également été une des pierres angulaires du développement du jazz), à l’instrument électronique, devenu omniprésent dans la création musicale contemporaine. Comment ne pas noter que l’électronique a en quelque sorte repris la place du piano en tant qu’ « instrument-orchestre » (présent dans les salons, les salles de concert, les cafés et les bordels) : avec elle, ce sont tous les sons qui ont fait irruption, sons réels ou synthétiques.

Ensemble, Vincent Raude et Christofer Bjurström développent une attention sensible aux vibrations du son, aux résonances, et naviguent dans un voyage entre mélodie, concret, abstrait, dans une exploration humaine et sensible…..

 

Musique de Christofer Bjurström et Vincent Raude
interprétée en direct pendant la projection

Vincent Raude : électronique sonore, composition

Christofer Bjurström : piano, composition

 


Coproduction : Cinémathèque de Bretagne, Le Quartz-Scène Nationale de Brest, Penn Ar Jazz – NEMO / Ensemble Nautilis