Loitering the loop

Titre : Energie noire
Date de sortie : 26 octobre 2016
Format : CD

En

energie-noire-elu-citizen-jazz

Loitering the loop

« No Loitering in this area »
(Interdit de flâner dans cette zone)

C’est pourtant l’exact contrepied qu’ont choisi de prendre Vincent Raude et Nicolas Péoc’h, deux membres échappés de l’ensemble breton Nautilis, au cours de leur virée à Chicago à l’automne 2014.

Si cette incursion musicale sur la terre des précurseurs, de Muhal Richard Abrahams à Steve Coleman, en passant par Tortoise et Derrick May, est une première dans la carrière de ces deux jeunes musiciens, ils n’en sont pas pour autant à leur première collaboration avec les Chicagoans… Au fil des rencontres ARCH organisées en terre brestoise depuis 2012, entre les différents membres de Nautilis et divers représentants de cette scène musicale si riche et singulière, en constante évolution depuis les débuts de l’AACM et de l’Art Ensemble of Chicago jusqu’aux expérimentations soniques de Nicole Mitchell, Matana Roberts, Rob Mazurek ou Matt Bauder, chacun s’est frotté, a échangé, dialogué, construit, déconstruit et imaginé chemins et cheminements, certains éphémères, certains durables, à l’occasion de concerts-rencontres improvisés.

C’est ainsi que, parmi d’autres, les deux musiciens ont retrouvé sur leur route l’immense tromboniste Steve Berry, compagnon de route d’Ernest Khabeer Dawkins, Jerry Butler ou James Brown, et le tout jeune ténor Irvin Pierce, virtuose formé notamment dans les orchestres de Steve Coleman, aussi à l’aise dans le répertoire bop que du côté du r’n’b.

Mais si la musique du duo est fortement marquée par ces rencontres et le contexte coopératif inégalable de Chicago, leur collaboration signe avant tout le manifeste d’un langage particulier que les deux compères ont éprouvé depuis des années, dans le rapport entre instrument acoustique et outillage électronique. Soit la construction harmonique par modes et à contraintes, tout en symétries, sorte d’architecture labyrinthique au sein de laquelle le saxophone de Nicolas Péoc’h se meut avec une déconcertante aisance, tandis que le sound-design de Vincent Raude, entre boussoles rythmiques et feuilletés de textures, puise dans le dub, la drum’n’bass et le hip-hop, pour refaçonner les paysages urbains longilignes et fascinants des grandes villes américaines.
« Loitering The Loop » raconte certes une histoire : voix et ambiances de la ville traversée comme dans un rêve doublent la musique, refont le récit des rencontres nouées et dénouées en relations, des explorations et des découvertes, de flâneries interdites et devenues possibles. On y assiste à la naissance d’un duo au nœud des univers.

 Pour vous procurer le vinyle, contactez-nous


Depuis ce 1er opus, le duo  a sorti un nouveau vinyle : « Solid Water »

Quatre titres plus bruts et épurés que jamais, élaborant un groove radical et aride d’une terrible efficacité.
Pour découvrir ce nouvel LP, c’est par ici



Quelques avis de journalistes avisés à propos de l’album LOITERING THE LOOP :

[OUI ! On aime!] « (…)Cet album sort des voies bien tracées, va fureter hors des sentiers battus et nous entraîne dans une réalité musicale et sonore du Chicago d’aujourd’hui où l’Énergie Noire fait naître une sorte de jazz aussi singulière que multicolore. Une réalisation remarquable ! »

Thierry Giard // Culture Jazz

[ELU Citizen Jazz] «(…) Loitering The Loop raconte le trip de deux Français se frottant aux notes de la banlieue bleue chicagoane. Avec ivresse, ils capturent et nous les suivons, captivés. Leur musique n’est ni une copie ni un hommage : elle est ancrée dans la réalité de tout ce qu’elle croise sur sa route. Ici on ne traque pas les stars, mais les strates. Les couches de sons. (…) Enregistré en 2014, j’avais ouï dire que la récolte était excellente. Il aura pourtant fallu attendre plus d’un an avant que le disque sorte. L’attente est aujourd’hui récompensée par la qualité de cette production et sera compensée par la sortie d’un second album prévu au printemps 2016. Au plaisir d’en voir la nouvelle éclosion ! »

Anne Yven // Citizen Jazz

« (…) Paysages, abstractions et mobiles sonores captivants, phrasés d’alto aux élégantes découpes et angularités, unissons lyriques et « chases » oxymoriques d’une espèce de tranquillité effrénée. On ne s’ennuie pas en feuilletant cet intriguant catalogue dont chaque page nous promet quelques surprises. »

Franck Bergerot // Jazzman

« (…) L’album est conçu comme une visite nez-au-vent de la ville-monde de l’Illinois. (…) C’est une visite qui n’est pas un simple tour-operator de surface : les deux musiciens et leurs camarades investissent chaque quartier, tentent de témoigner par une approche très cinématique de la réalité sociale et géographique de la ville. (…) Les deux musiciens proposent des instantanés illustré par les sons de la mégapole, quelques cartes postales chargés de souvenirs postées d’un studio Chicagoan pour témoigner d’une cité qui est à maints égards universellement musicale. (…) Energie Noire livre un témoignage sincère et rafraîchissant. »

Franpi Barriaux // Sun Ship

« (…) Écouter Loitering The Loop, c’est apprécier un swing très libre et un groove bien senti en même temps. Mentions spéciales à « Low Down » avec l’excellent flow de Billa Camp, à « Taïpan » et « Herbs » pour les rythmiques électroniques. »

Eric Deshayes // Neosphères

© Powered by Wordpress